Embaucheriez-vous un voleur ?

Une banque embaucherait-elle une personne reconnue coupable de vol qualifié ?
 
Tout recruteur souhaite minimiser les risques lors d’une embauche.
 
Dans certains secteurs, des tests physiques sont obligatoires, dans d’autres, tels que la sécurité, un extrait de casier judiciaire est demandé.
 
Et dans votre cas, quelle vérification pouvez-vous faire afin d’éviter toute déconvenue ?
 
La prise de référence.
 
C’est une garantie supplémentaire pour éviter les erreurs.
 
Toutefois, le candidat doit autoriser explicitement cette prise de référence.

 
Pour autant, les questions posées par les recruteurs ne doivent pas sortir du domaine professionnel. Il est interdit de récolter des informations sur l’état de santé d’un salarié, ses préférences sexuelles, ses convictions religieuses ou sa situation de famille. Une erreur à éviter est d’interroger les anciens collègues du candidat sur ses qualités comportementales ou la qualité de son travail, car les avis sont parfois très subjectifs !
 
Il vaut mieux choisir des référents occupant des postes d’encadrement, plus à même de donner des informations concrètes sur les missions et les compétences.
 
A défaut de prise de référence, des lettres de recommandation peuvent être un éclairage intéressant sur un profil.